L’histoire du Wadō-ryū
/
/
L’histoire du Wadō-ryū

L’histoire du Wadō-ryū

Le fondateur de Wadō-ryū, Hironori Ōtsuka, est né le 1er juin 1892 à Shimodate, dans la préfecture d’Ibaraki, au Japon. En 1898, Ōtsuka a commencé à pratiquer le jujutsu koryū sous la direction de Chojiro Ebashi. De 1905 à 1921, il a étudié le jujutsu Shindō Yōshin-ryū sous la direction de Tatsusaburo Nakayama. En 1922, il a rencontré Gichin Funakoshi et a commencé à s’entraîner sous sa direction. En 1924, Ōtsuka est devenu l’un des premiers étudiants à être promu ceinture noire de karaté par Funakoshi. Pour élargir ses connaissances en karaté, Ōtsuka a également étudié avec d’autres maîtres éminents tels que Kenwa Mabuni de Shitō-ryū et Motobu Chōki. En 1929, Ōtsuka a organisé le premier club de karaté scolaire à l’université de Tokyo. Eiichi Eriguchi a inventé le terme “Wadō-ryū” en 1934.


En 1938, Ōtsuka a enregistré son style de karaté auprès du Dai Nippon Butoku Kai sous le nom de “Shinshu Wadoryu Karate-Jujutsu”. Peu après, cependant, ce nom a été raccourci en “Wadō-ryū”. (和道流). En 1938, le Dai Nippon Butoku Kai a décerné à Ōtsuka le rang de Renshi-Go, suivi en 1942 par le rang de Kyoshi-Go. C’est à cette époque que Tatsuo Suzuki, fondateur de la WIKF, a commencé à s’entraîner sur Wadō-ryū. En 1944, Ōtsuka a été nommé instructeur en chef de karaté du Japon. En 1946, Ōtsuka a décerné à Tatsuo Suzuki le grade de 2e dan.


Vers 1950, Jiro Ōtsuka (le deuxième fils du fondateur) a commencé à s’entraîner sur Wadō-ryū alors qu’il était encore adolescent. En 1951, Ōtsuka a décerné à Tatsuo Suzuki le grade de 5e dan, le plus haut grade décerné à cette époque dans Wadō-ryū. En 1952, le siège de Wadō-ryū (honbu) a été établi au dojo de l’université Meiji à Tokyo. En 1954, son nom a été changé en Zen Nippon Karate Renmei (Fédération japonaise de karaté). En 1955, Ōtsuka a publié “Karatejutsu no Kenkyu”, un livre exposant son style de karaté. En 1963, il envoie Suzuki, avec Toru Arakawa et Hajimu Takashima, pour diffuser Wadō-ryū dans le monde entier.


En 1964, la Fédération japonaise de karaté (JKF) a été créée en tant qu’organisation générale pour tous les styles de karaté. Wadō-ryū a rejoint cette organisation en tant que groupe majeur. En 1965, Ōtsuka et Yoshiaki Ajari ont enregistré sur film (qui est maintenant encore disponible sur deux cassettes vidéo) une grande partie de l’héritage du karaté Wadō-ryū. La première vidéo, “Wadō-ryū Karate Volume 1”, comprend : une histoire et des souvenirs approfondis ; des démonstrations des huit mouvements du corps Kihon No Tsuki ; les cinq premiers Kihon-Kumite ; et le kata Pinan 1-5, Kūshankū, Jion, Naihanchi, et Seishan. La deuxième vidéo, “Wadō-ryū Karate Volume 2”, comprend : plus d’histoire ; le kata Chintō, Niseishi, Rōhai, Wanshu, et Jitte ; ainsi que les Kihon-Kumite 6-10, avec application. En 1966, Ōtsuka a reçu l’Ordre du soleil levant, cinquième classe, de l’empereur Hirohito pour son dévouement à l’introduction et à l’enseignement du karaté. Le 5 juin 1967, l’organisation Wadō-ryū a changé de nom pour devenir “Wadōkai”.


En 1972, le président du Kokusai Budō Renmei, membre de la famille royale japonaise, a décerné à Ōtsuka le titre de Meijin. En 1975, Suzuki a reçu son 8e dan, la plus haute note jamais accordée (à l’époque) par la Fédération de toutes les organisations japonaises de karaté-dō, et a été nommé Hanshi-Go par l’oncle de l’empereur Higashikuni.

En 1980, à la suite d’un conflit entre Ōtsuka et l’organisation Wadōkai concernant des retraits personnels sur les comptes bancaires de l’organisation, il a démissionné de la direction de Wadōkai. Eiichi Eriguchi a pris sa place au sein de cette organisation. Le 1er avril 1981, Ōtsuka a fondé le “Wadōryū Karatedō Renmei”. (Renmei signifie “groupe” ou “fédération”.) Après quelques mois seulement, il a pris sa retraite à la tête de cette organisation. Son fils, Jiro Ōtsuka, a pris sa place. Le 29 janvier 1982, Hironori Ōtsuka est décédé, et en 1983, Jiro Ōtsuka lui a succédé en tant que grand maître de Wadō-ryū. Le plus jeune Ōtsuka a changé son nom en “Hironori Otsuka II” en l’honneur de son défunt père. En 1989, Tatsuo Suzuki a fondé la troisième grande organisation Wadō-ryū, “Wadō Kokusai” (Wadō Fédération internationale Karatedō ; WIKF). (Kokusai signifie “international”).

Les Katas de la Méthode Wado Ryu

Les Katas de la méthodes Wado Ryu sont au nombre de 16 dont certains de conception plus moderne expriment clairement l’essence de l’École.

  1. Pinan Shodan
  2. Pinan Nidan
  3. Pinan Sandan
  4. Pinan Yodan
  5. Pinan Godan
  6. Bassai
  7. Neihanshi
  8. Kushanku
  9. Jihon
  10. Wanshu
  11. Seishan
  12. Shinto
  13. Lorei
  14. Kumpu
  15. (.Unsu)
  16. Jitte
  17. (Supparinpei)

Les techniques spécifiques au Wado Ryu

Certaines techniques de poings du Karaté Wado Ryu se trouvent uniquement dans cette méthode, tel que Junzuki No Tsukikomi, Gyakuzuki No Tsukikomi, Tobi Komi Tsuki, Tobi Komi Nagashi Tsuki, le Wado Ryu se caractérise aussi par des positions plus hautes que dans les autres Styles et un travail important des esquives et de la self défense.

  • A: Les Idoris sont des attaques anciennes à genou (Seiza) au nombre de 5 codifiées par le Maître, ce travail demande un mental très fort surtout après des séries répétées sur parquet.
  • B:Les Tantos Toris sont dix attaques au couteau enchaînées sur le principe d’un Kata avec un travail important de clés et projections.
  • C: Les Kihons Kumite au nombre de 35 au total, avec les 10 principaux (les plus connus) sont des attaques variées, avec un travail des esquives propre à la méthode, des clés et des projections.
  • D: Les Ohyo Kumite Techniques de combat se travaillant par deux composés d’enchainement de plusieurs mouvements. Ces techniques permettent de travailler les enchainements apres une attaque “ratée”. Il en existe 8.

Il est important de pratiquer le “SHIN” (coeur, esprit) le “GI” (la technique) et le “TAI” (le corps).

Cette doctrine illustre parfaitement les 3 principes de base du Karaté Wado-Ryu qui sont:

  • Noru: rentre, contrer, pénétrer
  • Nagasu: aspirer, accompagner, laisser passer, enrouler
  • Inasu: combinaison de noru et nagasu résumé par “action dans l’esquive”, bloquer et contrer en même temps

Share this post

Start typing and press Enter to search

Shopping Cart